Bandeau
Eau Bien Commun PACA
Slogan du site

Le site de l’association Eau Bien Commun Provence Alpes Côte d’Azur

vendredi 22 mars 2013

Eau bien Commun PACA, ATTAC, Eau Secours Marseille Métropole et de nombreuses associations, des syndicats et partis organisent à 9h30, sera organisée sur la place à l’entrée du jardin du Pharo une conférence de presse.

Article mis en ligne le 2 avril 2016

par EricEBC13
logo imprimer
PNG - 47 ko

Délégations de service public pour l’eau et l’assainissement à Marseille.

Que se cache-t-il derrière l’opacité entretenue par le Président de la Communauté Urbaine ?
Contrairement à un grand nombre de collectivités en France, dont Paris et Nice, qui ont choisi la gestion publique directe (régies ou sociétés publiques locales), la Communauté Urbaine de Marseille a décidé en 2011 de remettre en délégation de service public l’eau et l’assainissement.

En juin 2012, son conseil a approuvé les orientations des appels d’offres et les accords de fin de contrats prévus pour le 31 décembre 2013 avec la SEM (filiale de Veolia environnement) pour l’eau et la SERAM (filiale de Suez) pour l’assainissement.

La plupart des élus PS et UMP ont accepté d’avaliser des orientations sans référence aux droits humains, vagues et sans cohérence environnementale, alors qu’ils n’avaient pas eu le temps matériel de les évaluer.

Le protocole de fin de contrat avec la SEM passe sous silence les provisions qu’elle a engrangées pour gros renouvellement des installations. Elles se montaient à 60 millions d’euros en 2008.
Plus grave, dans les annexes approuvées par les élus, figure, pour la SEM, l’interdiction de révéler leur montant courant, en les faisant figurer parmi les informations non communicables à des tiers.

On peut, comme Eugène Caselli, le Président, être convaincu de la supériorité, dans ce domaine, des multinationales sur la gestion publique directe de ces biens communs. Mais cela n’autorise en rien à rétrocéder, dans l’opacité, à ces sociétés, ces sommes énormes payées par les usagers. Ainsi, pour l’assainissement, il est prévu d’attribuer tout simplement les provisions d’un montant inférieur à 500000 euros à la SERAM, l’excédent ne faisant que l’objet d’une négociation sur ses modalités de conservation ou de retour. Les appels d’offres ont été publiés à partir du mois d’août 2012.
Le Président et le Directeur général des services ont refusé de communiquer leur contenu aux élus.L’ouverture des plis de réponse était fixée au 15 janvier. Le bruit court qu’elle a été repoussée sans que l’on n’en connaisse les motifs.

  • Nous interpellons donc l’ensemble des élus de la Communauté urbaine, ce vendredi 22 ;mars, journée mondiale de l’eau. Vont-ils exiger maintenant du Président Caselli qu’il mette fin à l’opacité qu’il entretient volontairement sur les opérations de fin de contrat et sur le processus d’appels d’offres.
  • Nous leur rappelons qu’après l’avis de la commission ad hoc, lui seul, dans le secret, s’il le
    désire, est habilité à traiter et à modifier de gré à gré les conditions des nouveaux contrats avec les entreprises. Vont-ils enfin exercer leur contrôle ?
  • Nous appelons les citoyens, les associations, et les partis qui défendent la gestion directe et transparente des biens communs que sont l’eau et l’assainissement à venir demander des
    comptes au président Caselli et aux élus de la Communauté urbaine sur ce dossier.

RV devant le palais du Pharo le 22 mars dès 8h. Conférence de presse à 9h30.

Dans la même rubrique

Évènements à venir

Pas d'évènements à venir


Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.86.1